5 erreurs à faire pour échouer lors de vos prises de parole!

Dans cet article, j’ai le grand plaisir de vous transmettre les 5 erreurs essentielles à réaliser pour mieux vous couper de votre public voire l’endormir si vous êtes particulièrement doué (niveau expert).

1.    Ne pas connaitre son auditoire

Vous pensiez que votre public serait bienveillant alors même que des personnes dans la salle commencent à vous poser des questions quelques peu déstabilisantes ?

Vous pensiez avoir des novices sur le sujet et vous retrouvez avec des personnes aussi expertes que vous?

Vous renseigner en amont sur votre auditoire est ESSENTIEL. Cela implique de connaitre :

–      Le type de profils que vous aurez en face de vous (profession, âge, entreprise, personnalité …)

–      Leur niveau de connaissance au début et à la fin de votre intervention

–      Leurs attentes: pourquoi est-ce à vous que l’on a demandé d’intervenir?

–      Le degré de bienveillance de votre public (l’évaluation est souvent toute relative et peut révéler des surprises).

De manière générale, il s’agira de maitriser les différents enjeux qui entourent votre intervention. Si votre sujet par exemple est sensible, n’hésitez pas à anticiper les potentielles critiques qui pourront vous être adressées

2.    Lire ses notes

La meilleure manière pour réaliser le monologue parfait entre vous… et vous-même. La lecture de vos notes aura pour vertu de perdre votre auditoire voire de l’endormir si vous souhaitez le mettre échec et mat

Pour mettre à bas une personne, les karatéka utilisent le Age Zuki ou encore le Yonhon Nukite. Pour mettre KO votre public, la lecture de vos notes sera l’instrument ultime des orateurs les plus soporifiques et pernicieux. Qui n’a jamais connu ce professeur/ collègue/ manager qui vous fait le même effet qu’une tisane à base de passiflore concentrée ? Cette voix monocorde agit telle une berceuse et ne tarde pas à vous transporter dans un monde parallèle au pays de votre monde intérieur, de votre smartphone ou de vos doux rêves

Il s’agira donc de vous en détacher ! Que votre texte soit appris par cœur, en improvisation totale ou préparé, réciter des éléments de langage sera la plupart du temps peu attrayant pour votre public. Un conseil donc : interprétez votre texte, le travail de l’orateur sur ce point s’apparente à celui de l’acteur.

Souvenez-vous que votre objectif premier est de transmettre un message pas de délivrer une note de synthèse !

3.    N’avoir aucun objectif

Quoi de mieux pour ne pas atteindre son objectif que de ne pas en avoir ? Quel est fondamentalement le message que vous souhaitez faire passer à votre auditoire?

Il s’agira donc de bien déterminer un message clé que vous souhaitez transmettre. Nous sommes à l’oral et non à l’écrit vous êtes donc autorisés à répéter votre message de manière à l’imprimer dans l’esprit de votre auditoire (conscient et inconscients).

A un objectif verbal est associé également une attitude non-verbale: si votre objectif est de motiver votre équipe par exemple, arriver le visage fermé, peu avenant fonctionnera à priori moins bien qu’une attitude souriante, ouverte et énergique.

4.    S’adresser au plafond ou au mur

Même si un mur blanc est toujours une belle chose à voir, c’est plutôt votre public qu’il vous faudra regarder et plus particulièrement les yeux des personnes qui en font parti.

Plongez votre regard dans celui des personnes en face de vous en vous intéressant vraiment à elles et surtout restez connectés y compris lorsque vous réfléchissez ! Votre ami, le mur n’est pas un souffleur de théâtre, il ne risque pas de vous donner la réplique en cas de doutes! Vous pouvez en revanche vous appuyer sur le regard de votre auditoire pour véritablement aller prendre directement dans le regard de votre public l’information.

Avoir un repère visuel vous permettra à la fois de lâcher prise par rapport à votre état interne et limitera également votre pensée compulsive

5.    Vous exprimer en binaire

Non, nous ne sommes pas des robots, mettre de l’intonation, de la conviction ou de l’émotion n’est donc pas interdit, au contraire cela permettra à votre public de vivre votre discours voire de l’ancrer dans sa mémoire émotionnelle et sensorielle.

Cela passe notamment par les modulations au niveau de la voix, du rythme, ou encore de la tonalité.

En bref, le secret de votre prise de parole réside également dans la variation, ainsi que dans l’art de transmettre des émotions. Ne vous en privez pas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *